simulateur

Actualité oblige, il était impossible de ne pas parler aujourd’hui de l’Oculus Rift, le casque de réalité virtuelle qui est en précommande depuis le 6 janvier dernier. Car des sociétés françaises commencent à s’intéresser de près au casque de réalité virtuelle de Facebook, et notamment à sa potentielle utilisation pour la simulation de vol. Du côté du Lab’Innovation de Capgemini, on relève en effet un intérêt marqué des industriels de l’aviation pour l’Oculus Rift, toujours à la recherche de nouvelles solutions pour former leurs pilotes. Ces lunettes offrant une vision à 360 degrés pourraient être une alternative beaucoup plus légère aux simulateurs de vol traditionnels, permettant aux pilotes de se familiariser avec les nouveaux modèles d’avion. Evidemment, cette solution portative n’a pas vocation à remplacer les simulateurs physiques, bien plus immersifs : les tableaux de bord physiques qui caractérisent ces derniers, ainsi que les vérins qui permettent de reproduire la moindre secousse de l’appareil, les rendent indispensables pour une formation solide et une mise en situation réellement immersive. Capgemini explique cependant que les casques de réalité virtuelle pourraient permettre aux futurs pilotes de « s’entraîner à la maison, sur leur propre ordinateur, via une application Oculus simulant le tableau de bord et les effets de vol ». Une façon d’emporter ses devoirs à la maison, en quelque sorte.

Faillite annoncée pour Transaéro

Transaero, première compagnie privée de Russie semble promise à la faillite. En effet depuis le début de l’année 2015, la compagnie a de lourdes difficultés financières liées notamment à la chute de la monnaie russe.
Au début du mois d’octobre, Aeroflot avait proposé un plan de sauvetage en procédant à l’acquisition de 75 % de Transaero, néanmoins l’offre n’a pas été entérinée, précipitant de plus en plus, Transaero vers la faillite et la cessation des opérations. D’après les médias russes, la compagnie devrait cesser son activité dès le 15 décembre prochain même si depuis quelques jours des avions de Transaero sont déjà cloué au sol. En effet rembourser ses crédits, payer ses factures sont devenus mission impossible pour Transaero qui est surendetté. D’ailleurs, d’après nos informations un avion de la compagnie russe assurant la liaison Moscou-Paris Orly, aurait été cloué au sol par ADP pour non paiement. Précisons que la compagnie avait commandé à Airbus quatre Airbus A380 pour 1,7 milliard de dollars au prix catalogue ainsi que huit moyen-courriers A320neo. L’avenir de ces commandes semblent désormais incertaines ce qui n’arrange pas les affaires du programme A380 qui peine à trouver des clients.

De la simulation à Lens

Avis aux nordistes et amateurs de simulation ! En amont du meeting aérien de Lens-Bénifontaine le 20 septembre prochain, des manifestations sont prévues en amont, du 21 au 29 septembre. En plus de pouvoir admirer un Mirage 2000 et un Jaguar de près, on peut surtout trouver sur la place Jean-Jaurès de Lens un plateau Alpha Jet, qui permet de profiter d’une simulation de vol sur écran géant. Sensations fortes en perpective ! Et, cerise sur le gâteau, toutes les animations (y compris le simulateur de vol) sont gratuites. A ce prix-là, pourquoi s’en priver ?

11906138_700636243405202_887701585_n 11909393_457826431056652_910876376_n

Salon Laval Virtual

Lors de l’édition 2015 du salon Laval Virtual la semaine dernière (un salon consacré aux nouvelles technologies et à la réalité virtuelle), un stand n’a pas désempli une seule seconde : c’était le stand du prototype Birdly. Ce simulateur de vol-là ne proposait un traditionnel vol sur A320, avion de chasse ou même hélicoptère. Non, comme son nom l’indique, Birdly proposait de découvrir… le vol d’oiseau au-dessus de San Francisco ! Ce prototype hautement original et particulièrement réussi est l’oeuvre de la Zurich University of the Arts. L’utilisateur, muni d’un casque de réalité virtuelle, est allongé sur le ventre, sur une étrange machine qui lui permet de battre des ailes et d’utiliser son corps pour se guider. Et l’expérience est tout simplement bluffante ! Cette excellente initiative montre bien les possibilités inimaginables que va ouvrir sous peu la réalité virtuelle. Les casques de réalité virtuelle ne seront sans doute pas aussi incroyables que certains l’imaginent (quand vous marchez, courez et sautez dans le virtuel mais que votre corps reste assis dans le réel, l’immersion est forcément limitée), mais ils seront en tout cas parfaits pour simuler les environnements fermés, tels que… les cockpits, bien sûr ! Il me tarde de découvrir ce que ces fameux casques vont pouvoir offrir à la simulation de vol. Et je sais que je ne suis pas le seul dans ce cas !

Guerir sa peur de l’avion

Après le crash dramatique de l’A320 de Germanwings mardi dernier, puis le crash d’un autre au Canada (qui n’a heureusement fait aucune victime) dimanche, l’A320 fait décidément la une de l’actualité, et pas pour les bonnes raisons. Au point que certains en viennent même à redouter de monter à bord ! Cette peur est, disons-le tout net, irraisonnée : aucun de ces catastrophes n’était due à une défaillance technique. En raison de l’actualité, et pour ceux qui ont peur à l’idée de monter à bord d’un de ces appareils, nous vous présentons une nouvelle fois la meilleure manière de lutter contre la phobie de l’avion : en prendre vous-mêmes les commandes ! Les simulateurs de vol (et même d’A320) offrent en effet une expérience complète et immersive, où vous vous retrouvez non seulement face à une parfaite réplique de cockpit, mais aussi face à des conditions de vol réelles, allant des conditions météorologiques aux avaries (telles que la panne moteur, par exemple !) : rien de tel pour comprendre non seulement comment cela fonctionne, mais surtout à quel point ces vols sont techniquement sécurisés. La peur étant souvent liée à une incompréhension, la simulation de vol reste le meilleur moyen pour s’en guérir : elle permet en effet de découvrir et de comprendre par l’expérience, et ce dans l’environnement le plus sécurisé qui soit. Rappelons-le encore une fois : malgré les récents incidents, l’avion reste, encore et toujours, le moyen de transport le plus sûr au monde ! Un passager a seulement 1 chance sur 11 millions de mourir dans un crash. Selon une étude de 2013 publiée par MSN, un voyageur pourrait prendre chaque jour l’avion pendant 14 000 ans sans avoir d’accident !

La compagnie aérienne Ethiopian Airlines vient de devenir la première compagnie africaine à posséder un simulateur de vol pour Boeing 787 Dreamliner, qui est en cours d’installation au sein du hub à Addis Abeba. Dans son communiqué du 19 janvier 2015, la compagnie nationale d’Ethiopie explique en effet que le montage est en cours à l’aéroport d’Addis Abeba, et que le premier entraînement de pilote est prévu pour le mois de mars. Pour rappel, la compagnie Ethiopian Airlines était déjà en août 2012 la première en dehors du Japon à mettre en service le Dreamliner, dont elle reste le premier opérateur en Afrique. Elle est même devant Royal Air Maroc depuis peu. La compagnie de Star Alliance fournit déjà à ses pilotes des simulateurs sur Bombardier Dash8 Q-400, Boeing 737, 757 et 767. Ethiopian Aviation Académie est certifiée par les autorités de l’Aviation Civile éthiopienne, par l’Administration Fédérale de l’Aviation américaine, par l’Agence Européenne de sécurité aérienne (EASA) et par l’IOSA (IATA Safety Audit). Ethiopian met actuellement en œuvre un plan stratégique sur 15 ans, appelé Vision 2025, et qui a pour objectif de développer le principal groupe d’aviation d’Afrique grâce à sept centres d’affaires : Ethiopian Domestic and Regional Airline (compagnie aérienne domestique et régionale) ; Ethiopian International Passenger Airline (compagnie internationale pour le transport de passagers) ; Ethiopian Cargo ; Ethiopian MRO (maintenance) ; Ethiopian Aviation Academy donc ; Ethiopian In-flight Catering Services (services de restauration en vol) ; Ethiopian Ground Service (services au sol).

CAE vend 8 simulateurs de vol

CAE a vendu deux simulateurs de vol complets à Ryanair et signé une nouvelle entente de services de formation avec le transporteur irlandais. Les simulateurs commandés par Ryanair faisaient partie d’une série de contrats annoncés mercredi par la société montréalaise pour la fourniture de huit simulateurs de vol et de services de formation. Les huit simulateurs, qui seront livrés à divers clients, totalisent ensemble plus de 120 millions $ selon les prix des catalogues. Ryanair a commandé deux simulateurs pour former ses pilotes aux avions de passagers Boeing 737NG. Les simulateurs seront livrés à la fin 2015 au centre de formation de Ryanair à l’aéroport de Stansted, au Royaume-Uni. Le contrat sur les services de formation sera réalisé aux centres de formation de CAE à Amsterdam, à Londres et à Bruxelles. Parmi les autres contrats annoncés mercredi se trouvaient notamment un simulateur de Boeing 787-9 à Air China, un simulateur B737-800W et un simulateur Gulfstream 650 pour la coentreprise Emirates-CAE Flight Training, ainsi qu’un simulateur B737NG pour un client non identifié. Uzbekistan Airways a en outre commandé un simulateur d’Airbus A320, tandis que l’Australienne Cobham Aviation Services a commandé un simulateur de Bombardier Challenger 604.

Pour fêter Noël, Tematis, le spécialiste de l’expérience à vivre, lance un jeu concours jusqu’au 21 décembre avec un super lot à la clef : un vol en avion de chasse ! Ce jeu concours est ouvert à tous, mais soumis à condition d’achat d’un chèque cadeau, dont la valeur minimum est de 10 euros. Retrouvez toutes les informations sur le site du jeu concours: http://gagneunvolenaviondechasse.com

CAE se développe en Chine

simulateur de vol

La valeur des contrats, qui comprennent aussi des dispositifs de formation et des services de mises à niveau, est estimée à plus de 120 millions $, selon les prix du catalogue. Le Shanghai Eastern Flight Training Centre utilisera les simulateurs et d’autre équipement de CAE pour assurer la formation de ses pilotes et de ses équipages pour ses avions de passagers Airbus et Boeing. Les quatre autres simulateurs seront vendus à des clients dont l’identité demeure confidentielle. Trois d’entre eux iront à une compagnie aérienne nord-américaine, tandis que le dernier est destiné à une autre compagnie aérienne chinoise. Les prix du catalogue comprennent la valeur de données, pièces et équipements propres aux avions du fabricant d’équipement d’origine, mais certains clients des contrats annoncés vendredi fourniront eux-mêmes une partie de ce contenu, a précisé CAE. Un des simulateurs de vol pour avions Airbus, un autre pour appareils Boeing et seront livrés au centre de formation de China Eastern en 2015. Un deuxième simulateur Airbus sera livré en décembre 2017 et les deux autres le seront plus tard. Une fois ces simulateurs livrés, le centre de formation de Shangai et China Eastern utiliseront 23 simulateurs de CAE, a précisé la société montréalaise.

CAE, le constructeur canadien de simulateurs de vol poursuit son développement, y compris dans le domaine militaire. En effet, le spécialiste des simulateurs de vols CAE a annoncé mardi avoir remporté une série de contrats totalisant environ 115 millions de dollars pour la livraison de systèmes et de services de formation à des forces de défense mondiales, incluant l’Aviation royale canadienne, les forces de l’air américaine et l’armée américaine. La société montréalaise effectuera notamment une mise à niveau des systèmes visuels d’un simulateur de l’Aviation royale canadienne et mettra au point un dispositif d’entraînement au vol pour l’armée américaine. Elle continuera en outre à s’occuper de la formation des équipages des forces de l’air américaines, entre autres services. CAE est un fabricant de simulateurs de vol et un fournisseur de services de formation pour les entreprises d’aviation civiles et militaires. Il emploie 8000 personnes dans 35 pays.

 

Page 2 of 7«12345»...Last »