La peur touche 25 % des gens qui prennent l’avion : cela peut aller de l’angoisse totale à une simple gêne. Cette peur peut être causée par un simple trajet chaotique, ou s’installer au fil des années, vol après vol. Mais au final, c’est bien un quart des passagers en avion qui redoutent de prendre la voie des airs. Autant dire que cela représente un sacré enjeu, au vu du nombre de personnes concernées ! Au fil des années, différentes solutions ont donc été mises en place pour guérir de cette peur. Si de nombreuses thérapies passent par la formation avec un psychologue, d’autres sont plus originales. L’une d’elles consiste par exemple à utiliser les simulateurs de vol pour se confronter à ces peurs. Localisé à Beauzelle, près de Toulouse, le centre des phobies aéronautiques propose des sessions individuelles de stage de six heures, réparties sur trois séances de deux heures. La première séance est dédiée à un enseignement théorique sur l’aviation, afin de comprendre comment vole un avion. Les deux séances suivantes sont quant à elles réalisées sur un simulateur de vol, une réplique de l’A320. Les deux premières heures, la personne aborde les instruments et les systèmes de sécurité en compagnie de son instructeur. Puis, les deux dernières heures, l’on aborde les problèmes éventuels qui peuvent survenir là-haut, tels que : turbulences, pannes, météo crapricieuse… Si cela ne fonctionne pas pour tout le monde, le centre affiche tout de même de bons résultats : 90 à 95 % des personnes y ayant participé ont repris l’avion avec une appréhension moindre. Ce qui est déjà pas mal, quand l’on sait à quel point certains passagers peuvent souffrir dès qu’ils doivent prendre la voie des airs ! Chez certains, cette peur est si prononcée qu’elle les a obligés à renoncer aux voyages en avion. Ce qui, dans le cadre d’un travail nomade, peut s’avérer particulièrement handicapant…

Retrouvez le stage contre la peur en avion en suivant le lien.

Avec l’été qui est bien là, certains d’entre vous se privent de voyage à cause de la peur de prendre l’avion. Nous organisons des stages pour vous permettre de vaincre cette phobie et enfin profiter du voyage. Nos sessions sont organisées à Paris, Lyon et Amsterdam. Nous ne faisons pas de sessions de groupe, mais un travail personnalisé, uniquement pour vous. Vous êtes accueilli dans un centre de formation des pilotes de ligne par un pilote professionnel. Pendant deux heures, il analysera par la discussion, votre peur de l’avion. Vous échangerez librement afin qu’il puisse cerner au mieux la raison profonde de votre crainte de prendre l’avion. Puis vous passerez en situation, dans un simulateur de vol professionnel. Vous serez placé en position de pilote de ligne. Le simulateur est totalement réaliste – c’est un vrai simulateur posé sur vérins électriques qui recrée tous les mouvements de l’avion. Cette mise en situation vous permettra de comprendre comment fonctionne un avion, mais aussi d’analyser ce qui peut se passer en vol, les procédures des pilotes et copilotes, et de manière générale, de vous rassurer sur la sécurité à bord. Vous serez placé 1 heure en situation, en tant que pilote. Contactez-nous pour en savoir plus – voyez également nos programmes sur la peur de prendre l’avion.

Peur de l’avion

Pour tous ceux qui ont peur de l’avion et qui malheureusement se privent de voyager, voici une petite vidéo de ce que vous pourriez voir si vous alliez à San Francisco et que vous fassiez le tour de la ville en petit avion. Découvrir les villes et autres lieux vus du ciel sont un également un autre moyen original de découvrir. Ce petit film très bien fait démontre la construction des villes à l’américaine, très organisée, malgré le fait que San Francisco soit sans doute la plus européenne de toutes les villes américaines. Si vous souffrez de la peur de prendre en avion, contactez-nous. Nous organisons des stages antistress très bien faits, sur mesure, qui vous permettent de vaincre cette phobie.

Vous avez peur en avion parce que vous ne contrôlez pas ce qui se passe dans le cockpit ? Vous avez peur que les pilotes « ratent » une alarme ? Ne vous inquiétez pas, nous vous expliquons tout. Un avion de ligne est une machine technologiquement très évoluée, qui dispose d’un grand nombre d’alarmes en cas de défaillance. Ces alarmes permettent aux pilotes de comprendre, analyser et agir afin soit de régler la panne, soit d’atterrir en toute sécurité. Voici quelques-uns de ces systèmes d’alarmes embarqués dans un avion de ligne.

Avertisseur de décrochage : Il émet un signal sonore ou une vibration du manche le pilote lorsque l’avion s’approche de l’angle d’incidence maximum avant décrochage. Ce système s’appelle Stall Warning System.

Avertisseur de proximité du sol : L’avertisseur de proximité du sol (GPWS – Ground Proximity Warning System) permet de prévenir (par un message vocal « terrain » ou « pull up ») le pilote lorsque l’avion s’approche du sol. Une version améliorée possède en plus une cartographie plus ou moins fine du terrain qui est présentée aux pilotes sur les écrans EFIS en cas d’alarme. Sur A380, le programme présente une vue en coupe latérale du plan de vol.

Dispositif d’évitement de collision : Le dispositif d’évitement de collisions (TCAS – Traffic and Collision Avoidance System) permet de prévenir (sur un écran et par un message vocal « trafic ») le pilote lorsque l’avion s’approche d’un autre avion. Il peut également proposer (en se synchronisant avec le TCAS de l’autre appareil : coordination des manœuvres) une manœuvre d’évitement dans le plan vertical (climb: monter, descend: descendre). Le BEA préconise de suivre les instructions du TCAS en priorité sur les instructions données par le Contrôle aérien.

Ces trois systèmes d’alarmes permettent de pallier aux principaux facteurs de danger dans un avion. Si vous souhaitez comprendre comment fonctionne un avion de ligne, suivez l’un de nos stages anti stress pour vaincre sa peur de prendre l’avion. La peur en avion n’est pas une fatalité. En comprenant et en étant mis en situation, dans un cockpit d’avion en simulateur de vol, vous ferez les premiers pas vers un vol sans stress. Contactez-nous pour en savoir plus.

photo: Alexander Martynov

Le chiffre 13 est-il un porte bonheur ou au contraire porte t’il malheur ? Certains hôtels et certains bâtiments avaient déjà réglé le problème en supprimant les chambres 13, voir le 13ème étage. Au niveau aérien, certaines compagnies aériennes ont tranché en supprimant le chiffre 13 des rangées de sièges. Sur ces compagnies, vous pourrez donc voyager sans superstition, et votre vol sera donc forcément rempli de bonheur. Ces compagnies aériennes qui n’ont pas de siège 13 sont les suivantes :

  • Air France
  • Austrian
  • Continental
  • Emirates
  • Lufthansa
  • KLM
  • Ryanair
  • SAS
  • Singapore Airlines
  • SWISS
  • Thai Airways International
  • Turkish Airlines
  • Virgin Atlantic

De nombreuses personnes ont peur en avion car elles ne comprennent pas comment une machine de plusieurs centaines de tonnes peut évoluer dans le ciel sans tomber. Il est bon de rappeler quelques principes aérodynamiques pour vous expliquer comment vol un avion. Le premier principe aérodynamique est celui de la portance.

La portance est un principe simple, que l’on retrouve autant sur l’avion que chez les oiseaux. Au fur et à mesure que l’avion accélère, l’air passe au dessus, et en dessous de l’aile. L’air qui passe au dessus de l’aile est plus rapide que l’air passant sous celle-ci, créant ainsi un effet de portance. L’effet est que l’avion est alors tiré vers le haut grâce à cet air. L’air va plus vite au dessus de l’aile grâce à sa forme bombée. La portance qui tire l’avion vers le haut, s’oppose au poids de l’avion qui le tire vers le bas. Mais plus la vitesse est importante – plus exactement plus la différence de vitesse est importante, plus la portance est importante, maintenant l’avion dans le ciel.

Les moteurs sont donc importants, puisqu’ils permettent de faire accélérer l’avion et de créer ce principe de portance. Une autre peur commune est celle de penser que si les moteurs tombent en panne, l’avion chutera vers le sol. C’est un cas très exceptionnel et rare, mais même si l’avion perd un moteur – par exemple du fait d’un incendie, celui-ci sera éteint depuis le cockpit, et l’avion poursuivra son chemin avec un seul moteur, qui est largement suffisant pour faire voler l’avion. Dans le cas encore plus exceptionnel ou les deux moteurs tombent en panne, l’avion, grâce à son aérodynamique et au phénomène de portance, pourra planer pendant 25mn environ sur une distance de 200 à 250Km, ce qui est largement suffisant pour trouver un aéroport. Sur les gros porteurs qui disposent de 4 moteurs, vous pouvez mesurer la probabilité pour que les 4 moteurs tombent en panne au même moment…

Enfin, les ailes. Certains passagers s’inquiètent de voir les ailes se courber, notamment en situation de turbulences. Là encore, les ailes sont faites pour se plier. Elles sont très flexibles pour absorber les tensions de l’air et la force de la portance. Une aile n’a jamais cassé en vol. Sur certains gros avions, elles sont mêmes faites pour se courber d’une amplitude de 8 à 10m. Impressionant. Mais elles ne cassent pas.

Vous en savez un peu plus sur l’aérodynamique d’un avion, qui reste, rappelons le, le plus sur moyen de transport au monde.

Lorsque l’on a peur en avion, bien préparer son vol est important. Cela permet d’évacuer une bonne partie du stress « préparatoire » ou en amont du vol, et de concentrer toute son énergie sur le vol lui-même. Voici donc quelques conseils pour bien préparer votre vol, et vous permettre déstresser au maximum lors de votre voyage ou déplacement en avion.

Soyez bien reposé. La veille de votre vol, essayez de vous coucher tôt et d’être en forme, cela vous permettra d’avoir tous vos esprits et de réfléchir plus clairement à la situation. Certains se couchent très tard, souvent après avoir fait la fête en pensant qu’ils vont dormir pendant tout le vol. Mais le plus souvent, le stress prend le dessus sur la fatigue. Donc soyez en forme.

Arrivez à l’aéroport un peu en avance, de sorte que vous évitiez le stress de la peur de manquer votre avion. Faites votre check-in et demandez un siège soit au niveau des ailes, ou en début de cabines. Les turbulences sont le moins ressenties à ces deux endroits de l’avion. Ne courrez pas pour être le premier à embarquer… vous avez un siège garanti… donc profitez de ce moment pour continuer à vous détendre.

Avant le décollage, détendez-vous en faisant des mots croisés ou sudoku. Lisez, bref faites quelque chose pour pousser votre esprit à penser à autre chose. N’oubliez pas de regarder les consignes de sécurité des hôtesses. Particulièrement, où se trouvent les issues de secours les plus proches. Vous pouvez même compter le nombre de rangées de sièges jusqu’à l’issue la plus proche.

Le moment du décollage est souvent un moment stressant lorsque l’on a peur en avion. Détendez-vous et prêtez-vous à un petit jeu. Essayez d’identifier les bruits de l’avion et ce à quoi cela correspond. Nous faisons ce type de jeu lors de nos stages antistress pour vaincre sa peur de prendre de l’avion. En simulateur de vol, nous vous apprenons à comprendre les phases de décollage : rotation, la rentrée du train d’atterrissage, la rentrée des volets… et le petit « bing » qui signifie au personnel naviguant qu’ils peuvent commencer à évoluer dans la cabine.

Pendant le vol, détendez-vous. Regardez un film, lisez un livre, occupez vous l’esprit. Il peut y avoir des turbulences, dans ce cas concentrez-vous sur ce que vous faites. Dites-vous que les turbulences sont absolument normales. Buvez de l’eau pour vous hydrater, marchez de temps à autres pour vous détendre, et surtout occupez-vous l’esprit.

L’atterrissage est un autre moment redouté, mais dites-vous que vous n’avez plus longtemps à attendre avant de sortir de l’avion. Là encore, essayez d’identifier les bruits et d’où ils proviennent : volets sortis, train sortie… et l’atterrissage.

Ces petits conseils devraient vous permettre de voyager plus sereinement. Bie préparer son voyage est important lorsque l’on a peur de prendre l’avion. Nous organisons des stages antistress pour vous permettre de vaincre votre peur de l’avion. Nous travaillons notamment en simulateur de vol pour vous aider à comprendre toutes les phases de vol et de fonctionnement d’un avion de ligne. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question.

De nombreuses personnes ont peur en avion car elles ne comprennent pas comment une machine de plusieurs centaines de tonnes peut évoluer dans le ciel sans tomber. Le simulateur de vol peut permettre de mieux appréhender le fonctionnement d’un avion. Il est bon de rappeler quelques principes aérodynamiques pour vous expliquer comment vol un avion. Le premier principe aérodynamique est celui de la portance.

La portance est un principe simple, que l’on retrouve autant sur l’avion que chez les oiseaux. Au fur et à mesure que l’avion accélère, l’air passe au dessus, et en dessous de l’aile. L’air qui passe au dessus de l’aile est plus rapide que l’air passant sous celle-ci, créant ainsi un effet de portance. L’effet est que l’avion est alors tiré vers le haut grâce à cet air. L’air va plus vite au dessus de l’aile grâce à sa forme bombée. La portance qui tire l’avion vers le haut, s’oppose au poids de l’avion qui le tire vers le bas. Mais plus la vitesse est importante – plus exactement plus la différence de vitesse est importante, plus la portance est importante, maintenant l’avion dans le ciel.

Les moteurs sont donc importants, puisqu’ils permettent de faire accélérer l’avion et de créer ce principe de portance. Une autre peur commune est celle de penser que si les moteurs tombent en panne, l’avion chutera vers le sol. C’est un cas très exceptionnel et rare, mais même si l’avion perd un moteur – par exemple du fait d’un incendie, celui-ci sera éteint depuis le cockpit, et l’avion poursuivra son chemin avec un seul moteur, qui est largement suffisant pour faire voler l’avion. Dans le cas encore plus exceptionnel ou les deux moteurs tombent en panne, l’avion, grâce à son aérodynamique et au phénomène de portance, pourra planer pendant 25mn environ sur une distance de 200 à 250Km, ce qui est largement suffisant pour trouver un aéroport. Sur les gros porteurs qui disposent de 4 moteurs, vous pouvez mesurer la probabilité pour que les 4 moteurs tombent en panne au même moment…

Enfin, les ailes. Certains passagers s’inquiètent de voir les ailes se courber, notamment en situation de turbulences. Là encore, les ailes sont faites pour se plier. Elles sont très flexibles pour absorber les tensions de l’air et la force de la portance. Une aile n’a jamais cassé en vol. Sur certains gros avions, elles sont mêmes faites pour se courber d’une amplitude de 8 à 10m. Impressionnant. Mais elles ne cassent pas.

Vous en savez un peu plus sur l’aérodynamique d’un avion, qui reste, rappelons le, le plus sur moyen de transport au monde. Nous organisons des stages antistress pour vous permettre de vaincre votre peur de prendre l’avion. Le travail se fait notamment en simulateur de vol afin de vous placer en situation. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus.



Si vous avez peur de prendre l’avion, suivez l’un de nos cours dédié pour vous permettre de vaincre votre phobie. La majorité des personnes ont peur de l’avion à cause de ce que l’on appelle « trous d’airs » et les turbulences. En réalité, il n’existe pas de trous d’air, comme une poche qui serait vide de tout air. C’est tout simplement impossible sur terre… En revanche, on assimile le phénomène de trou d’air à celui des turbulences. Ces dernières peuvent être très désagréables car elles secouent l’habitacle de l’avion. Les turbulences, pour simplifier, sont les résultantes de masses d’air qui se frictionnent et créent ainsi une zone où l’air est plus instable. En conséquence, l’avion qui traverse cette zone où l’air est plus instable est secoué par ses frictions. Ces turbulences cessent lorsque l’avion quitte cette zone instable.

peur de prendre l'avion

Il est important de noter que des turbulences, mêmes fortes, ne mettent pas l’avion en danger. Les avions sont faits pour traverser ces zones d’instabilité et ce qu’ils font tous les jours. Malheureusement l’expérience n’est pas agréable pour les passagers, et rapportée à notre peur du crash, nous assimilons ces secousses à un danger potentiel. Il n’en est rien. Les statistiques montrent que 73% des accidents aux passagers sont dus à la turbulence; ces accidents interviennent lorsque les passagers dont la ceinture de sécurité n’est pas bouclée sont projetés dans l’avion ou lorsque des passagers sont atteints par des objets volants dans la carlingue dans des conditions de turbulence inattendue. Donc en avion, gardez votre ceinture de sécurité attachée !

Contactez-nous pour en savoir plus sur nos cours et sessions relatives à la peur de prendre l’avion.