Simulation de largage en Irak

Alors que les premiers avions de chasse Rafale prennent le ciel pour effectuer des missions de surveillance en Irak, les américains se préparent également à l’étape suivante, qui sera sans doute le ciblage précis de positions ennemies. Pour ce faire, le simulateur est un must, afin de s’entrainer au positionnement et au largage de bombes. Un simulateur de vol sur le bombardier Martin EB-57 vient justement d’être mis en place sur l’une des bases de l’OTAN en Turquie. Si cet avion est ancien, il permet en revanche aux jeunes recrues de pouvoir s’entrainer au guidage laser. Flexibilité opérationnelle, polyvalence, remarquable manœuvrabilité, grand rayon d’action et endurance sont les principales raisons pour lesquelles l’USAF décide d’adopter le Canberra britannique. Le B-57E, version améliorée du B-57B, est développé pour assurer un éventail plus large de services au sein de l’USAF. L’avion est en réalité de configuration très similaire, doté de la même version du Armstrong Siddeley Sapphire construit par Wright. De nombreux modèles B, C et E sont équipés d’appareils de détection de nuit et par toutes conditions climatiques, de désignation de cible et de conduite de tir. Ces avions remis à niveau sont baptisés B-57G. Certains sont munis d’équipements de contre-mesures électroniques durant la guerre du Vietnam.

Comments are closed