CAE poursuit son développement grâe à l’impulsion d’Ottawa. En effet, la société montréalaise CAE ira va pouvoir développer une nouvelle génération de plateformes de simulation de vol, un projet de 700 millions qui s’étirera sur les cinq prochaines années, avec une aide financière du gouvernement fédéral. Le ministre de l’Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec, Denis Lebel, a annoncé jeudi qu’Ottawa prêterait 250 millions $ à CAE pour le projet. Lors de sa visite au siège social de CAE pour annoncer l’aide financière, le ministre Lebel a indiqué que l’argent aiderait le plus grand fabricant de simulateurs de vols à conserver son avantage concurrentiel. «Le marché change rapidement et avec cet appui, (CAE) sera capable d’affronter n’importe quel concurrent», a-t-il déclaré aux journalistes. Le prêt du gouvernement devra être remboursé sur 15 ans, avec intérêts, a indiqué le directeur financier de CAE, Stéphane Lefebvre. Cette période de remboursement débutera après 2020. L’argent allongé par Ottawa s’inscrit dans le cadre de l’Initiative stratégique pour l’aérospatiale et la défense (ISAD), un programme qui appuie la recherche et le développement dans les industries de l’aérospatiale, de la défense, de l’espace et de la sécurité. Les simulateurs de vols de CAE sont utilisés à travers le monde pour la formation des pilotes et du personnel de cabine de l’aviation civile et militaire. La société fournit aussi d’autres équipements de formation et des services pour les marchés de l’aviation civile et de la défense.

Comments are closed