Etihad achète 7 simulateurs de vol

Etihad Airways est l’une des compagnies aériennes les plus dynamiques, et surtout qui dépense le plus en achat d’avion. Rien de surprenant donc à ce que la compagnie Etihad achète 7 simulateurs de vol pour la formation de ses pilotes. Les nouveaux simulateurs seront installés sur douze mois à partir de novembre 2013 à l’académie de formation d’Etihad Airways à Abou Dhabi, qui aura doublé de taille d’ici là. Incroyable croissance. La compagnie nationale des Emirats Arabes Unis a dépensé environ 200 millions de dollars au prix catalogue pour acquérir les sept Full Flight Simulators(FFS) CAE7000 de l’équipementier canadien CAE. Trois seront spécifiques au Dreamliner, dont elle a commandé 41 exemplaires en version 787-9 plus 25 options, avec une première livraison attendue fin 2014 ; un est spécifique à l’A380 (10 commandes plus 5 options, livraisons l’année prochaine), et un autre à l’A350-1000 (10 commandes et 25 options, livraison en 2017). Les deux derniers sont destinés à l’entrainement sur A320. Etihad Airways possèdes déjà quatre FFS pour 777, A320 et A330/A340.

C’est bien connu, en France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées. Et c’est exactement ce que vient de démontrer une association de jeunes près de Toulouse, qui a enrôlé les gamins du quartier avec un objectif : construire un simulateur de vol. Au cours d’un projet précédent, les jeunes ont découvert le monde aéronautique… et n’ont pas voulu en décoller. Une quinzaine d’entre eux, garçons et filles âgés de douze à dix-sept ans se sont lancé le défi de construire leur propre simulateur. L’aventure a démarré de façon ludique, par des visites (Airbus, aérodrome…) ou des expériences aéronautiques (initiation au vol ULM). Au début, ce simulateur se résumait à quelques bouts de bois assemblés entre eux pour former un tableau de bord entreposé dans le garage du centre culturel Alban Minville. Au fur et à mesure de la médiatisation de leur projet (notamment au festival des étoiles et des ailes à la cité de l’espace), des partenaires se sont manifestés : des étudiants de l’ENAC (école nationale de l’aviation civile) ont proposé leur aide, des salariés d’Airbus ont envoyé des plans, des élèves du lycée Saint-Exupéry ont partagé leurs connaissances techniques… Peu à peu, le projet a pris forme et quelles formes, puisque les jeunes de l’ASVEC ont finalement obtenu un cockpit d’A350 dans lequel ils ont implanté leur simulateur. C’est une belle réalisation et qui démontre qu’avec un peu de courage, de bonne volonté et de la solidarité, on y arrive toujours.

Bonne nouvelle pour tous les amateurs de simulation de vol, le système en ligne GEFS Online tente de rivaliser le célèbre Flight Simulator, avec une cartographie basée sur Google Maps. Et c’est là que réside l’attrait de ce nouveau système, car les cartes sont relativement précises à et jour. Autre bonne nouvelle, le système de jeu est gratuit. Cette option n’est pas proposée sur la version officielle de Google Maps mais s’appuie sur sa cartographie. Les passionnés vont pouvoir s’en donner à cœur joie avec la variété d’avions disponible sur simulateur de vol en ligne. Douglas DC3, McDonnell Douglas MD-11, Hughes 269/TH-55, Alpha Jet, Cessna 152, Airbus A380… voilà quelques-uns des modèles utilisables sur ce simulateur en ligne. Les grands nostalgiques de l‘époque du Concorde pourront même ressusciter le grand oiseau supersonique le temps d’un vol numérique. Ensuite, choisissez votre point de départ. Vous avez la possibilité soit de partir du tarmac d’un aéroport soit de débuter votre voyage directement avec l’avion en vol. Les grands débutants en aviation opteront certainement pour la seconde possibilité tant la manœuvre du décollage peut s’avérer délicate. Les destinations ne manquent pas : San Francisco, Grand Canyon, Sidney, Grèce, Népal, Sahara, Pérou, Pays-Bas… les plus chauvins d’entre nous se réjouiront certainement que Chamonix, Bordeaux, Nice et Courchevel figurent également dans la liste. Vous avez plusieurs options pour visionner votre vol : à l’arrière de votre appareil, directement dans le cockpit, aléatoire… Pour les amateurs de sensations fortes, le cockpit peut être une belle option. Pour ceux qui aiment admirer leur coucou en plein vol, l’option Follow cam est idéale. Notons que vous pouvez utiliser la souris pour changer de point de vue. Reste ensuite à prendre les commandes, ce qui peut s’avérer délicat, plus facile si vous avez un joystick. Pour en savoir plus : http://www.gefs-online.com/