Attentats du 11 septembre, crises financières… On annonçait une baisse du trafic aérien et surprise, le nombre de passagers n’a jamais été aussi important. Le magazine de France 2 « Complément d’enquête », diffusé jeudi 14 mars, s’est intéressé à l’arrivée sur le marché de nouvelles compagnies du Golfe, et a mené une enquête sur Emirates, la « petite » devenue grande qui inquiète ses concurrentes. Basée à Dubaï, Emirates est la compagnie la plus importante des Emirats arabes unis, reconnue pour la qualité de son service. Elle figure parmi les trois premières compagnies aériennes mondiales et devrait devenir, selon Les Echos, le plus important transporteur aérien de la planète en 2013. Les hôtesses de l’air sont recrutées dans le monde entier : une cinquantaine de nationalité pour un seul et même uniforme. Les journalistes Olivier Sibille et Jean-François Monier se sont rendus dans un centre de formation où la compagnie a investi 15 millions d’euros dans un simulateur de vol. C’est ici que l’on prépare les hôtesses à toutes les situations d’urgences.

Fondée en 1985, Emirates est aujourd’hui l’une des compagnies aériennes au développement le plus rapide au monde, mais elle est aussi et surtout un élément clé dans la stratégie de développement touristique de l’émirat de Dubaï. La compagnie est internationalement reconnue pour la qualité de son service puisque plus de 400 distinctions lui ont été attribuées au cours de ces vingt dernières années. Selon l’IATA, Emirates figure parmi les 10 premières compagnies aériennes mondiales par le nombre de passagers internationaux en 2011, avec environ 30 millions de passagers. L’appellation Fly Emirates n’est pas le deuxième nom de la compagnie, mais une accroche destinée aux partenariats d’évènements extra-aériens (sponsoring sportif : football, rugby, cricket, golf, courses hippiques…et également d’autres événements tels le Dubai Shopping festival ou le West Australian Symphony Orchestra). En novembre 2012, la compagnie aérienne annonce avoir doublé son bénéfice net au premier semestre en ayant enregistré un résultat net de 346 millions et une hausse du nombre de passagers de plus de 15 %.