50 ans de service pour le B-52

Le B52 est un avion à part dans l’histoire de l’aviation militaire moderne, qui vient de célébrer ses 50 ans de services, et qui restera en service au moins jusqu’en 2040. Le Boeing B-52 est le résultat d’une demande que l’USAF effectua en avril 1946 pour un bombardier lourd, qui remplacerait le Convair B-36 dans le cadre du SAC. Après les prototypes, dont le premier vola en Aout 1954, 50 avions B-52B furent produits, suivis de 35 B-52C. Le B-52D (170 exemplaires), le B-52E (100 exemplaires), et le B-52F (89 exemplaires) furent suivis du B-52G qui portait les missiles air-sol AGM-28 Hound Dog. 193 appareils furent construits à partir de ce modèle, et 173 d’entre-eux furent convertis dans les années 1980 pour porter les missiles Boeing AGM-86 B ALCM (missiles de croisière). Le B-52 qui, trois décennies durant à joué un rôle central en matière de dissuasion nucléaire aérotransportée occidentale a été employé au combat exclusivement dans un cadre conventionnel : au Vietnam, dans la guerre du Golfe de 1991 et plus récemment pour appuyer les opérations de l’OTAN en ex-Yougolslavie, et la campagne en Afghanistan ainsi qu’en Irak en 2003 jusqu’à nos jours. Tout au long de leur longue carrière, les versions les plus récentes du B-52 ont été remises à jour et rénovées. Pour en savoir plus sur le B-52, retrouvez l’article sur le guide Avion de Chasse


The B-52G Stratofortress par Fabinou92

Lockheed Martin vient de terminer son premier simulateur de vol F-35 Lightning II de catégorie Full Mission Simulators (FMS) pour le corps des Marines. Ce simulateur de vol hautement technologique permettra aux pilotes de se familiariser à la fois sur le pilotage de l’appareil, mais également de pouvoir envisager et répéter les missions qui leurs seront demandées. Ces exercices d’entraînement vont débuter dès la fin d’année 2012. Le travail en simulateur de vol est capitale pour les pilotes et le commandement car 50% des tâches d’apprentissage du F-35 se font sur simulateur. Cela devient donc très « cost-effectif », ou très rentable par rapport à l’efficacité apportée par le simulateur de vol qui coûte moins cher à opérer que l’avion lui-même. Autre avantage, le simulateur est exempt des difficultés météorologiques, de la maintenance et toute autre difficulté qui peuvent nuire au bon déroulement des opérations.

Le simulateur de vol F-35 Lightning II bénéficie d’une projection visuelle à 360° en très haute définition et recrée à l’identique, le comportement de l’avion de chasse et ceux du pilote. L’entrainement des pilotes est donc total, grâce au simulateur. L’énorme avantage de ces technologies de pointes est de permettre une formation, comme dit précédemment, mais également de pouvoir répéter les missions qui seront à réaliser. A titre d’exemple, toute mission d’attaque peut être préenregistrée dans le simulateur, y compris avec les éléments géographiques, et être répétée jusqu’à perfection. Le terrain, mais aussi la météo sont ainsi intégrés dans le simulateur de vol, tout comme l’équipement en armement, et la combinaison des deux permet au pilote du F-35 d’être totalement prêt et en contrôle le jour de la mission. Dans certains cas, le pilote pourra répéter sur simulateur de vol, les divers scénarios de sortie de mission de sorte que si un évènement intervient durant l’opération, les pilotes sauront exactement quoi faire en choisissant des scénarios répétés au préalable sur simulateur de vol.

Bravo Baumgartner et Redbull Stratos

Etant passionnés d’aviation, impossible de ne pas mentionner ce jour l’extraordinaire exploit de Felix Baumgartner et son équipe Redbull Stratos. Nous sommes très heureux que des projets si extraordinaires financés de manière privée puissent voir le jour et aboutir sur de réels exploits d’aventuriers. Bravo à Felix Baumgartner, qui devient le premier homme à passer le mur du son, en chute libre. Il détient également le record d’altitude en ballon, et le record d’altitude pour un saut en chute libre. Bravo, vous nous avez fait rêver et vous perpétuez le rêve de l’aviation, des pionniers, qui ont réussi à faire aboutir leurs rêves et les transformer en réalité. Félicitations.

Nouvelles ventes de simulateurs de vol pour CAE. Le spécialiste canadien du simulateur de vol vient de confirmer de nouvelles ventes de simulateurs, notamment Bombardier, Boeing 737-800, Airbus 320, Airbus 330, Boeing 777 aux compagnies Alaska Airlines, mais aussi à des centres de formation notamment en Chine et en Malaysie. Ces contrats totalisent plus de 85Mio de dollars canadiens. La société CAE a ainsi vendu déjà 16 simulateurs de vol pour l’année fiscale 2013, prenant un temps d’avance. Ces ventes accompagnent le développement des constructeurs Boeing, Bombardier et Airbus à l’international et spécifiquement en Asie. Les développements récents ont permis à la société de grossir, regroupant 8000 personnes sur une centaine de sites, et dans 30 pays dans le monde. CAE est le leader incontesté de la simulation, notamment aéronautique, et commence maintenant à s’investir dans d’autres secteurs, comme le médical. Plus d’infos sur www.cae.com